SABLE DE LA MER DES FALUNS DU ” QUIOU ” AU SUD DE SAINT-MALO.

 

LE QUIOU : situé dans le plein sud de Saint- Malo ( 33 Kilometer Luftlinie in 177 ° ), cette commune de 350 habitants est riche de son histoire. Cet endroit se trouvait en bordure de la mer des Faluns il y a 15 millions d’années environ (Miocène) et ressemblait à celui d’une mer tropicale de Polynésie avec des eaux transparentes qui faisaient se rejoindre Manche et Atlantique. Zu diesem Zeitpunkt und in diesem Bereich, n’oublions pas que le climat allait de tempéré à chaud et que la vie grouillait de mille choses en mer.

Jocelyne, de Pleudihen sur Rance, m’avait envoyé un sable d’une carrière du Quiou. A première vue ne distinguant pas grand chose dans cet amas gris clair (unten) et sans parler bien sur de déception je n’y voyais qu’un vague sable calcaire .

 

14-10-27_faluns-1-W6

 

Mais je sentais bien qu’il me cachait quelque chose. So verbrachte ich mit Wasser in meinem Filter 1,940 mm et 0,930 mm.

_boites-Filtration-W6

 

Grande et agréable fut ma surprise de voir sortir de ce lavage de petites choses qui méritaient quelques photos afin que vous puissiez comme moi découvrir partiellement bien sur, einige Schätze einer vergessenen Welt. Comme quoi le lavage d’un sable peut procurer un petit bonheur surtout pour les sables de mer.

Dans ces quelques images nous pouvons deviner des bryozoaires, Korallen, oursins, crustacés, sans doute quelques foraminifères etc.. tout ce petit monde étant encore prisonnier de leur gangue de faluns.

 

14-10-27_Falun-4 bis T-PE-W6

 

14-10-27_Faluns-3T W6

 

14-10-27_Faluns-2-t-W6

 

14-11-07_Faluns-5-W6

 

Die Gate 0,930 mm a retenu les composants ci -après mais sans grand intérêt après avoir vu les images précédentes .

Il faudrait peut être un microscope plus puissant et faire d’autres recherches car, personnellement, je n’ai pas trouvé dans cette filtration trace de vie. Ceci étant dit ce sable est sympathique et rentrera sans aucun problème dans ma collection…..

14-11-07_Faluns-6W6

Cordialement.

Bernard Remaud.

 

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::